Pourquoi sacrifier aux dieux ?

Répondre
Avatar de l’utilisateur
SoK
Thing
Messages : 222
Inscription : 16 août 2018 21:12

Pourquoi sacrifier aux dieux ?

Message par SoK »

Pourquoi fait-on des offrandes aux dieux ? Le livre qui décrit le peuplement de l'Islande, le Landnamabók (I, 7), nous donne la réponse : Lítit lagðist hér fyrir góðan dreng, er þrælar skyldu at bana verða, ok sé ek svá hverjum verða, ef eigi vill blóta, c'est-à-dire "voici un triste sort pour un bon brave, de devoir être tué par des esclaves, et je vois que c'est ainsi qu'il en sera pour tous ceux qui ne veulent pas sacrifier".

En effet, les fondateurs de l'Islande sont censés avoir été deux frères de sang, Hjörleifr et Ingólfr. Hjörleifr ne voulait pas faire de sacrifices aux dieux, et dans la première année de son installation en Islande il sera traîtreusement assassiné par ses propres esclaves, ce qui est une mort sans gloire. Ingólfr, lui, laisse les dieux décider de l'endroit où il bâtit sa ferme, en jetant dans la mer, depuis son bâteau, les piliers du haut-siège qu'il a emportés de sa ferme norvégienne : il s'installe là où les vagues les amènent. Il sacrifie régulièrement aux dieux selon l'ancienne coutume, et pendant toute la période païenne de l'Islande ce sont ses héritiers qui auront le rang d'alsherjargoði ("prêtre national"), le 2e titre le plus prestigieux d'Islande car il consiste à célébrer de la part des Islandais les grands sacrifices que les rois célébraient en Norvège de la part de leur peuple.

Donc, leçon du jour : faites des sacrifices aux dieux, sinon vous allez finir assassinés par vos propres esclaves !
Gottfried Karlssohn, responsable régional pour la France (hors-Alsace).

Mes articles sur les traditions germano-scandinaves sont sur Un Tiers Chemin.
Avatar de l’utilisateur
SoK
Thing
Messages : 222
Inscription : 16 août 2018 21:12

Re: Pourquoi sacrifier aux dieux ?

Message par SoK »

Je rajoute ça ici :

Quelqu'un a demandé sur Facebook comment faire pour prier Frigg afin de concevoir un enfant. Voilà ma réponse :

Salut à toi ! Le mieux, c'est de se fier aux paroles de Óðinn :

"Veistu, hvé biðja skal? Veistu, hvé blóta skal?"
Hávamál (144, 3)

parce que :

"Betra er óbeðit en sé ofblótit,
Ey sér til gildis gjöf"
Hávamál (145, 1-2)

"Sais-tu comment il faut prier ? sais-tu comment il faut sacrifier ?", parce que "mieux vaut ne pas prier que trop sacrifier : tu seras toujours redevable pour un cadeau".

La base, c'est de choisir la divinité - on peut penser à d'autres, mais en effet Frigg peut agir sur ce type de cas (comme elle l'a fait dans la Völsunga saga).

Une fois la divinité choisie, il faut l'appeler : par son nom "principal", mais aussi par ses autres noms, par ses caractéristiques qui la rendent compétente pour accomplir ta demande.

Quand la divinité est appelée, on explique *pourquoi* : pourquoi elle est capable d'accomplir ta demande, et surtout pourquoi elle devrait le faire. Les "arguments" utilisés font généralement référence à "l'ancienne tradition" (forn siðr, c'est-à-dire le nom donné par les anciens Scandinaves à leur religion avant que le mot "Asatru" ne soit inventé dans un opéra du 19e siècle), parce que "si elle l'a déjà fait elle peut le refaire" et surtout parce que les traditions sont sacrées. Un gros plus est d'expliquer quel lien tu as avec la divinité, les autres fois où tu lui as fait des offrandes, donc pourquoi elle ne peut pas te "laisser tomber".

Enfin, il y a la demande en elle-même : ce dont tu as besoin, ce que tu offres maintenant, et ce que tu promets d'offrir si tu obtiens ce que tu as demandé.

Je te mets un exemple historique :

"Freyr, sagði hann, / (invocation)
er lengi hefir fulltrúi minn verit ok margar gjafar at mér þegit ok vel launat, / (arguments)
nú gef ek þér uxa þenna." (demande)
(Víga-Glúms saga Ch. 9)

"Freyr, dit-il, / (invocation)
tu as été de longue date "pleinement-fidèle" [ = ma divinité patronne] ; tu as reçu de nombreux cadeaux de ma part et m'as bien récompensé. / (arguments)
Maintenant, je te donne ce boeuf" ("demande", c'est-à-dire la demande qu'il accepte le sacrifice de boeuf comme remerciement)

Et un exemple perso ici : https://1tierschemin.wordpress.com/2019/08/29/der-gott-ingwin-fr-au-dieu-ingwin/

strophe 1 = invocation
strophes 2 à 4 = arguments
strophe 5 = demande
(c'était la prière et le sacrifice faits *après* que ma demande ait été accomplie)

La dernière question qui reste, donc, c'est : qu'est-ce que vous êtes prêts à offrir ?
Gottfried Karlssohn, responsable régional pour la France (hors-Alsace).

Mes articles sur les traditions germano-scandinaves sont sur Un Tiers Chemin.
Répondre