Le Christ, un dieu comme les autres

Répondre
Avatar de l’utilisateur
SoK
Messages : 251
Inscription : 16 août 2018 21:12

Le Christ, un dieu comme les autres

Message par SoK »

Helgi var blandinn mjǫk í trú; hann trúði á Krist, en hét á Þór til sjófara ok harðræða. Þá er Helgi sá Ísland, gekk hann til frétta við Þór, hvar land skyldi taka (Landnámabók, chap. 66, ou "3, 12" selon les notations)
Helgi était "très mélangé dans la foi"; il croyait au Christ, mais invoquait Thor pour les voyages en mer et les difficultés. Quand Helgi arriva en Islande, il demanda à Thor un oracle : quelle terre devait-il prendre ?

In eodem fano et altare haberet ad sacrificium Christi et arulam ad victimas daemoniorum (Bède le Vénérable, Historia Ecclesiastica Gentis Anglorum, II, 15, à propos du roi anglais Redwald)
Dans le même sanctuaire, il avait un autel pour honorer le Christ et un petit autel pour sacrifier aux démons (= aux dieux germaniques des Angles)

Contigit autem altercationem super cultura deorum fieri in quodam convivio rege praesente, Danis affirmantibus Christum quidem esse deum, sed alios eo fore majores deos, quippe qui potiora mortalibus signa et prodigia per se ostenderent. (Widukind de Corvey, Histoire de Saxe, III, 65)
Or, il arriva qu'une dispute sur le culte des dieux eut lieu lors d'un certain banquet en présence du roi, les Danois affirmant que le Christ était bien un dieu, mais que d'autres dieux étaient plus grands, puisqu'ils montraient aux mortels davantage de prodiges et de signes d'eux-mêmes.
Gottfried Karlssohn, vice-président et responsable régional pour la France (hors-Alsace).

Mes articles sur les traditions germano-scandinaves sont sur Un Tiers Chemin.
Avatar de l’utilisateur
SoK
Messages : 251
Inscription : 16 août 2018 21:12

Re: Le Christ, un dieu comme les autres

Message par SoK »

Un petit ajout :

Nec prohibuit Penda rex, quin etiam in sua, hoc est Merciorum, natione uerbum, siqui uellent audire, praedicaretur. Quin potius odio habebat, et dispiciebat eos, quos fide Christi inbutos opera fidei non habere deprehendit, dicens contemnendos esse eos et miseros, qui Deo suo, in quem crederent, oboedire contemnerent. (Bède le Vénérable, Historia Ecclesiastica Gentis Anglorum, III, 21, à propos du roi Angle de Mercie, Penda Pybbasson, un des derniers grands rois païens anglais... qui était réputé être un descendant de 11ème génération de Woden/Odin lui-même).

"Le roi Penda n'a pas non plus empêché la parole [chrétienne] d'être prêchée même dans sa propre nation, c'est-à-dire les Merciens, s'ils étaient disposés à l'entendre. Au contraire, il haïssait et méprisait ceux, imbus de la foi du Christ, qu'il trouvait sans œuvres de foi, disant qu'ils devaient être méprisés et misérables, ceux qui méprisaient d'obéir au dieu en lequel ils croyaient."
Gottfried Karlssohn, vice-président et responsable régional pour la France (hors-Alsace).

Mes articles sur les traditions germano-scandinaves sont sur Un Tiers Chemin.
Avatar de l’utilisateur
SoK
Messages : 251
Inscription : 16 août 2018 21:12

Re: Le Christ, un dieu comme les autres

Message par SoK »

Dans un registre un peu plus conflictuel, quand le missionnaire Thangbranðr vient prêcher le christianisme en Islande vers l'an 997 (spoiler : ça se passe mal), son bâteau s'échoue suite à une tempête. Steinunn Refsdóttir, une des rares poétesses scandinaves que nous connaissions, lui dit, en vers, que Thor a défié le Christ en duel, mais que celui-ci n'a pas eu le courage de venir.

(Ces deux vers sont cités dans les trois sagas suivantes :

Kristni saga, 9
Óláfs saga Tryggvasonar en mesta, 216
Brennu-Njáls saga, 102)
Gottfried Karlssohn, vice-président et responsable régional pour la France (hors-Alsace).

Mes articles sur les traditions germano-scandinaves sont sur Un Tiers Chemin.
Répondre